Plusieurs enfants handicapés ou avec des troubles psychiatriques et leurs parents sont en souffrance. C’est le cri de cœur de l’ONG A.P.E.I.M qui en collaboration avec le Kolektif Drwa Zanfan Morisien (KDZM) et la Global Rainbow Foundation demande à l’Etat mauricien de répondre aux besoins spécifiques de ces enfants. Ils sollicitent un droit de sortie d’une heure quotidienne pour ces enfants dans une limite de 500 m autour de chez eux et d’envisager la réouverture des classes spécialisées.

Pour Julien Quenette, docteur en psychologie du développement : « c’est bien important que les enfants avec des troubles psychiatriques et les enfants handicapés puissent avoir une sortie d’une heure chaque jour ». Et d’ajouter que « ces enfants ont des comportements violents et agressifs dans des situations où ils sont enfermés. Ce qui est difficile aussi pour les parents de gérer ».

« Le gouvernement a accordé l’autorisation aux enfants autistes d’avoir un droit de sortie d’une heure quotidienne mais il ya des enfants avec d’autres syndromes qui font face aux mêmes difficultés que les enfants autistes », a précisé le psychologue.

Facebook Comments