Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger, Nando Bodha et Roshi Badhain sont unanimes. Une manifestation nationale sera organisée si un nouvel amendement à l’ICTA est adopté par la majorité gouvernementale. Ils l’ont fait savoir en conférence de presse, ce lundi. Pour le leader des mauves, Paul Bérenger, cet amendement met en péril la liberté d’expression des Mauriciens et la démocratie. Tout en ajoutant que cela créera une révolte parmi la population. Xavier-Luc Duval, leader des bleus, a quant à lui, déclaré qu’avec une telle loi, le pays « se dirige vers une descente aux enfers ». Il affirme que les Mauriciens doivent descendre dans la rue pour protéger leur vie privée. Par ailleurs, une action en cour sera envisagée si le gouvernement ne se désiste pas.

Le député Nando Bodha a, de son côté, déclaré que c’est une tentative de museler la liberté d’expression. Le démissionnaire du MSM a aussi déclaré que dans d’autres pays, il y a eu des lois régulatrices similaires, mais que c’était les plateformes sociales qui devaient assumer leurs responsabilités en régularisant les contenus des messages et publications envoyés. Pour rappel, après l’affaire Telegram, le gouvernement propose de censurer des ‘posts’ sur les réseaux sociaux pour combattre les abus.

L’ICTA a fait des recommandations pour pouvoir régulariser et apporter des amendements dans le futur. Ces amendements concernent les publications privées et publiques sur les réseaux sociaux. Après les consultations et autres propositions sur le Consultation Paper de 24 pages, le gouvernement ira très probablement de l’avant avec une loi dans les mois à venir. Ainsi, les Mauriciens peuvent contribuer à ce débat en envoyant leurs commentaires et recommandations sur le site web de l’ICTA, www.icta.mu, avant le 5 mai 2021.
L’ICTA propose de censurer et de retirer des publications à caractère raciste ainsi que celles qui touchent à la criminalité, au terrorisme, aux propos indécents et autres sujets à portée pornographique, entre autres. Un National Digital Ethics Committee et une Enforcement Division sont proposés si les recommandations du Consultation Paper sont adoptées.

Par ailleurs, l’opposition parlementaire déplore le fait que les délais pour ces consultations soient trop courts et que le gouvernement accélère de manière irréfléchie le processus de mettre en place une telle loi.
Le député Shakeel Mohamed, à travers un live Facebook, a déclaré qu’il est pour un arrêt de tous les abus sur les réseaux sociaux mais qu’il ne faut en aucun cas donner au gouvernement un outil qui pourrait porter préjudice à la liberté d’expression des Mauriciens. Il a aussi déclaré que, selon lui, il y aurait un mauvais usage de cette loi par le gouvernement.

Facebook Comments