Une enquête interne a été initiée concernant le cas de négligence médicale alléguée à l’hôpital SSRN. Les retombées de l’enquête du Regional Health Director de l’hôpital ont été envoyées au ministère de la Santé. Par conséquent, il a été décidé de référer le cas au Comité médical de négligence, une entité indépendante, pour une enquête plus approfondie. C’est ce qui ressort d’un communiqué rendu public aujourd’hui.

Comment en est-on arrivé là ? Des cas de négligence médicale alléguée ne datent pas d’aujourd’hui. Quand cela touche des enfants… les parents, les familles voire toute la population, dans un même élan, sont atterrés et pleurent un tel drame. L’autopsie, pratiquée hier sur le nourrisson de la famille Ram, a attribué la mort du bébé à une asphyxie. Ce sont les avocats de la famille qui ont communiqué les résultats des médecins légistes à la presse ce matin.

Pour rappel, Sweta, la mère du nourrisson, devait accoucher par césarienne mais le personnel soignant aurait opté pour un accouchement par voie basse. Une césarienne a dû être par la suite effectuée d’urgence pour retirer la tête du bébé qui était restée coincée dans l’utérus de la mère.

Les funérailles de la petite fille ont eu lieu hier à 14 heures au cimetière de Bois Marchand. Une cérémonie pleine d’émotions avec un père inconsolable. Lui qui réclame justice avoue, en larmes, qu’il a dû se rendre dans un cimetière au lieu de rentrer chez lui avec son enfant dans les bras.

Selon certaines informations, un gynécologue, une sage-femme et trois infirmières, tous employés à l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam (SSRN), seront entendus par la police. Cela, dans le sillage de l’enquête initiée sur la mort du bébé. La Regional Health Director, Dr Gungadin, précise qu’une enquête interne a été initiée. Ranjeet Ram, l’époux de Sweta, s’est rendu au poste de police de Piton, mercredi matin, pour porter plainte. Les services de Mes Sanjeev Teeluckdharry et Anoup Goodary ont été retenus.

Le Dr Pyneeandee, gynécologue avec plus de 30 ans d’expérience à son actif, a donné son point de vue à ION News. Il est d’avis que les ‘mid-wives’ ont assez d’expérience vu qu’il a, dans le passé, travaillé à l’hôpital SSRN. Le diabète retarde la maturation pulmonaire, indique-t-il. Le Dr Pyneeandee met en cause les protocoles mis en place à l’hôpital. « Aléa thérapeutique vs négligence médicale, ce cas sera discuté en cour et défendu par les avocats de la famille Ram », selon le gynécologue.

Facebook Comments