La situation financière d’Air Mauritius sera évaluée avec l’apport d’un cabinet conseil spécialisé en aviation. C’est ce qu’explique Sattar Hajee Abdoula, l’un des deux administrateurs nommés de la compagnie aérienne nationale. L’objectif, dit-il, est de «restructurer et transformer» Air Mauritius afin de ramener l’entreprise sur la voie de la profitabilité et lui permettre de contribuer à nouveau à l’économie nationale et surtout à l’essor de l’industrie du tourisme.

Lors du premier creditors meeting, ce 4 avril, aucun des créanciers de la ligne aérienne nationale n’a souhaité remplacer le tandem Sattar Hajee Abdoula et Arvind Gokhool, les deux administrateurs se félicitent donc de la «confiance» placée entre eux. Toutefois, faute de votes suffisants pour nommer les membres d’un creditors commitee, celui-ci comprendra finalement tous les créanciers déclarés de l’entreprise. Soit 68 personnes représentant les employés, sociétés de leasing, banques ainsi que les importants fournisseurs d’Air Mauritius.

L’administrateur dit comprendre que les employés de la compagnie, ainsi que ceux de sa filiale Airmate passent par un moment difficile. Il remercie d’ailleurs ceux d’entre eux lui ayant témoigné de leur soutien et transmis des suggestions pour la restructuration de l’entreprise.

Si la loi prévoit 21 jours de délai après le creditors meeting pour la tenue d’une watershed meeting avec les créanciers de l’entreprise, les administrateurs ont obtenus de la Cour suprême une permission spéciale pour étendre leur mandat de 90 jours. Afin que le watershed meeting puisse se tenir après le 30 novembre.

C’est le 22 avril qu’Air Mauritius a annoncé avoir volontairement demandé à être placée en administration, après une décision de son conseil d’administration, le même jour.

Facebook Comments