[Mise à jour – 00h18] Air Mauritius vient d’émettre un communiqué confirmant que Yashika Bageerathi serait à bord du vol en partance de Heathrow, ce soir. Si la compagnie d’aviation dit regretter cette situation, elle souligne qu’elle doit cependant « se conformer aux décisions des autorités compétentes ».

Elle précise avoir reçu, le 1er avril, « une injonction des autorités britanniques pour le rapatriement de Mlle Bhageerathi, remplissant toutes les conditions administratives et de sécurité ».

Ses différents recours légaux n’auront rien donné. Les services de l’immigration ont conduit, ce soir, la jeune Yashika Bageerathi à l’aéroport de Heathrow d’où elle devrait embarquer pour Maurice. Son seul espoir ? Qu’Air Mauritius refuse de la prendre à son bord qui décollera dans un peu plus d’une heure. La jeune fille aurait dû être sur un vol de la compagnie dimanche dernier.

L’injonction qu’ont demandée ses avocats en urgence, cet après-midi, alors que Yashika était en route pour l’aéroport, a été rejetée par le juge. Ses avocats espéraient ainsi stopper l’expulsion de l’étudiante jusqu’à ce que son cas soit étudié en cour d’appel.

De nombreuses personnes se sont mobilisées dès qu’il a été révélé, cet après-midi, que la jeune fille de 19 ans était en route pour l’aéroport. Tweets, appels téléphoniques, posts sur la page Facebook d’Air Mauritius… Tous enjoignent Air Mauritius de ne pas se rendre « complice » de l’expulsion de l’étudiante du territoire britannique. Certains menacent même de boycotter la compagnie d’aviation si Yashika monte à bord de l’avion qui décolle ce soir. Un flash mob était même prévu à 22 heures (heure de Maurice) à l’aéroport.

stop yashika deportation

James Brokenshire, ministre de l’Immigration, a déclaré lundi à la House of Commons que le Home Office n’interviendrait pas, son cas ne présentant pas de « circonstances exceptionnelles ». Précisant que son dossier avait suivi les procédures légales et que la décision du Home Office à l’effet que Yashika ne nécessitait pas de protection contre la violence ou la persécution dans son pays d’origine était maintenue.

Yashika a lancé un appel directement à Brokenshire : qu’elle soit au moins autorisée à rester jusqu’à ses examens de A-Levels, qui auront lieu du 14 mai au 23 juin. La directrice de son collège londonien la décrit comme une jeune fille « timide et réservée » ayant du potentiel. La réponse du ministre cet après-midi : il étudiera la demande de la jeune fille, mais l’expulsion doit avoir lieu. Le Home Office a également assuré qu’après vérification auprès du British Council, Yashika Bageerathi pourrait prendre part à ses examens à Maurice.

Sources : The Guardian, ITV, London Evening Standard, BBC

[Texte modifié pour inclure le communiqué d’Air Mauritius]