Son concert était placé sous le signe de l’amour. Car oui, Joss Stone était bien décidée, au J&J Auditorium hier soir, à en donner à son public. « I’m just trying to give you some love ! » lui a-t-elle lancé. Et le public le lui a bien rendu. Dès les premières notes, la Britannique réussit à faire oublier la demi-heure d’attente et la salle plutôt clairsemée. La deuxième chanson à peine amorcée, et voilà qu’elle descend de scène et invite les gens à se lever, à la rejoindre, à danser. « Be free ! », chantonne-t-elle. « That’s what we’re here for. »

1-IMG_3593

L’émotion est à fleur de peau, sa bonne humeur contagieuse, sa joie d’être ici évidente. On lui donne des fleurs, la soul singer envoie des roses blanches. Elle perd un moment le fil, un fan devant la scène lui souffle le titre du prochain morceau qu’elle cherche. Joss Stone ne se départit pas de son sourire, s’extasie que Maurice « is a really beautiful place, gorgeous ». Accueille Zulu, qu’elle a rencontrée et qui l’a invitée à poser sa voix sur une chanson qu’il a écrite. Le duo est joueur, rieur, complice.

1-IMG_3730

Cette semaine, que l’on devine dure pour la chanteuse, n’aura en rien entamé son enthousiasme et sa générosité. Maurice fait, en effet, partie des toutes premières dates de sa nouvelle tournée. Le coup d’envoi du Joss’ Total World Tour a été donné mardi, au Maroc. La demoiselle s’est produit, le lendemain, à Johannesburg, en Afrique du Sud, avant de poser ses valises à Maurice.

Au fil des morceaux choisis – ses compositions ou des reprises de classiques soul qui figurent sur ses différents albums –, le public ne lâche pas la jeune femme de 26 ans. Qui enchaîne les interprétations avec force et finesse. Cet équilibre est ténu mais particulièrement poignant sur le morceau Landlord, quand le set et les chœurs cèdent la place à l’épure d’un duo guitare-voix…

« I don’t want to go », a mi-chanté, mi-boudé Joss Stone vers la fin de la soirée. Sa voix chaude et son entrain ne nous quitteront pas de sitôt.