C’est désormais la piste criminelle qui est privilégiée dans l’enquête en cours sur la disparition mystérieuse du vol MH370 de Malaysia Airlines. Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, le ministre des Transports malaisien a révélé que l’Aircraft Communications Addressing and Reporting System du Boeing 777 a été désactivé avant la dernière communication radio du pilote.

« Nous devons passer le relais à Ho Chi Minh », a déclaré l’officier de contrôle aérien au capitaine Zaharie Ahmad Shah, 53 ans. « D’accord, bonne nuit », avait répondu celui-ci.

Peu de temps après, le transpondeur, qui est contrôlé à partir de la cabine de pilotage, a été désactivé. Ce système envoie, par ondes radio, des données concernant l’avion aux contrôleurs aériens.

Vendredi, les autorités malaisiennes ont annoncé que les tentatives d’éteindre les systèmes de communication et de détourner l’avion étaient de nature « délibérée ». « Un avion, que l’on suspecte être MH370 sans toutefois avoir pu le confirmer, a bien changé de cap », a déclaré Najib Razak, Premier ministre de la Malaisie, lors de la conférence de presse de vendredi. « Il  s’est ensuite dirigé vers l’ouest, en survolant la péninsule malaisienne avant de virer vers le nord-ouest. (…) Ces mouvements sont consistants avec l’action délibérée de quelqu’un à bord de l’avion. »

Une source proche de l’enquête révèle, en se basant sur des données militaires, que le Boeing 777 pourrait avoir volé à 45 000 pieds, soit à une altitude plus élevée que le plafond prévu pour cet appareil. Les données satellite recueillies indiquent, en outre, que celui-ci a volé pendant près de cinq heures après le dernier contact.

Hier, la police a fouillé les domiciles du capitaine Shah et de son copilote Fariq Abdul Hamid, 27 ans. Ils ont découvert, chez le premier, un simulateur de vol. Selon l’un de ses amis, Zaharie Ahmad Shah l’a construit lui-même car passionné par l’aviation.

Les investigations en cours concernent également les membres de l’équipage et les passagers, sans qu’ils soient, à ce stade considérés comme suspects.

La zone de recherches a été étendue et comprend désormais un corridor de vol allant du nord de la Thailande aux frontières du Kazakhstan et du Turkménistan, et un autre au sud allant de l’Indonésie au sud de l’océan Indien.

map position bus insider

Illustration : Business Insider

Les autorités malaisiennes ont demandé l’aide internationale, aujourd’hui, notamment à travers le partage de données radar et satellite qui permettrait de réduire la zone de recherche. Pour les Américains, cependant, il est probable que l’avion se soit dirigé vers l’océan Indien où, éventuellement à court de carburant, il a sans doute crashé.

Sources : Business Insider, The New York Times, CNN, Reuters

Photo principale (Lai Seng Sin/Associated Press via The New York Times) : La maison du copilote a été fouillée hier.