Les autorités à La Réunion sont dépassées par les violences qui éclatent dans l’île depuis le samedi 17 novembre dans le sillage du mouvement des « gilets jaunes » qui entend exprimer sa colère contre la hausse du prix des carburants.

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 novembre, dix-neuf personnes ont été interpellées et six blessés légers parmi les forces de l’ordre, rapporte le Journal de l’île de la Réunion (JIR). Au moins 70 véhicules de la concession Peugeot ont été incendiés par des jeunes dans la nuit de dimanche, ce qui équivaut à une perte d’un million d’euros, soit la bagatelle de Rs 40 millions.

Lors d’un point de presse, aujourd’hui, le préfet a annoncé qu’il va solliciter des renforts auprès de Paris. Il a souligné être dans une «volonté de dialogue, mais le dialogue ne permettait pas de faire n’importe quoi». La circulation dans l’île a été paralysée depuis la matinée avec au moins 26 blocages. Il fait révèle qu’un grand nombre d’émeutiers sont des mineurs qui se déplacent en groupe de 30 à 50. Certains en profitent pour racketter des automobilistes.

Outre le restaurant McDonald’s du Port qui a été saccagé, le magasin en gros Promocash, à La Convenance, a été pillé. Tout comme le Score Labourdonnais de Saint-Benoît qui a aussi été réduit en cendres, indique le JIR. Ce journal a aussi publié une photo où de jeunes enfants, âgés de pas moins de 5 ans, se retrouvaient à des barrages.