«Mo pa okouran!» C’est en ces termes que Yasodhar Bhoygah réagit face à la plainte consignée contre lui par son épouse, Sandhya Boygah. La Parliamentary Private Secretary (PPS) s’est rendue au Central Criminal Investigation Department (CCID) le mercredi 29 août. La députée du Mouvement socialiste militant (MSM) accuse son mari de violence domestique, soutenant qu’il l’a frappée à plusieurs reprises et qu’il a menacé de «nuire à sa réputation».

Sandhya Boygah a déclaré aux enquêteurs que ce n’est pas la première fois que son époux la gifle et la frappe à coups de poings. Elle a été examinée par un médecin de l’Etat à l’issue de sa plainte et devrait recourir à une «protection order». Il y a deux ans, le couple a été sous le feu des projecteurs pour un barachois de 52 hectares accordé à la société Mauricoast à Poudre d’Or pour la culture de «bambara», ou concombre de mer.

L’un des directeurs de cette société est Yasodhar Boygah et c’est le colistier de son épouse, Prem Koonjoo, qui a approuvé ce bail à des conditions avantageuses. Le couple est aussi engagé dans les paris sur les matches de foot étrangers.