Follow Us On

Slider

Ivan Collendavelloo le reconnaît : des travaux de tout-à-l’égout dans les régions de Quatre-Bornes, Palma et Bassin incommodent les habitants. Un fait qui, dit-il, découle d’une «gross negligence» de la Wastewater Management Authority (WMA) sur ce contrat et des «gabegies» de l’ex-gouvernement travailliste-PMSD. Le Deputy Prime minister répondait, le mardi 9 juillet, à une interpellation du député du PTr Arvin Boolell, élu de Belle-Rose/Quatre-Bornes.

Les travaux actuels prendront plus de temps mais les fonds publics ne seront pas «siphonnés» comme alors, a insisté le ministre des Services publics. Et d’expliquer que le contrat initial, alloué sous l’ancien régime, a connu un dépassement de budget de près de Rs 1 milliard alors que seule la moitié des maisons prévues a été raccordée, pour certainement incorrectement, au réseau.

Ces travaux font partie du «Plaines-Wilhems Sewerage Project – Stage 1». Le contrat avait été attribué le 19 octobre 2009 à une «joint-venture» pour plus de Rs 2,85 milliards. Il comprenait la pose de 102 kilomètres (km) de tuyaux de tout-à-l’égout, la connexion de 13 000 maisons et le remplacement de 50 km de tuyaux vétustes de la CWA. La fin des travaux était prévue pour mai 2014. Aucune étude de terrain n’avait cependant été effectuée au préalable.

En 2011, la «joint-venture» a fait savoir que 40 kilomètres de tuyaux supplémentaires étaient requis. Le conseil d’administration de la WMA a approuvé une hausse importante du budget, qui grimpe alors à plus de Rs 3,94 milliards. Sans «financial clearance», a souligné Collendavelloo. De plus, le délai est rallongé, passant au 10 novembre 2017 au lieu de fin mai 2014. Et en 2012, la WMA soumet une demande de budget additionnel.

Ce contrat a été mis à l’index par le Directeur de l’Audit en 2012 mais aussi par le Public Accounts Committee sous la présidence de la députée du PMSD Aurore Perraud, a souligné Collendavelloo. Cette dernière instance soulignant que «the scope of the bid was open to abuse» de même que la «gross negligence» de la WMA et du ministère du tutelle. Car outre une augmentation de 40% de la valeur du contrat initial, ce qui est «contraire aux dispositions de la Procurement Act», seules 6 800 maisons étaient connectées. De celles-là, une partie n’était pas raccordée au réseau de tout-à-l’égout : les tuyaux n’avaient pas été installés dans les rues concernées… inexistants puisque les tuyaux pas installés dans les rues

La WMA envisage des travaux de tout-à-l’égout dans ces régions en phase, des études sur le terrain sont en cours, a également précisé le Deputy Prime minister. Il a terminé sa réponse sous les «tap latab» des membres du gouvernement.

Arvin Boolell a alors demandé à Ivan Collendavelloo d’initier une enquête.

Facebook Comments