Vinod Seegum a tenu à saluer la décision du gouvernement de réaligner les salaires et les conditions des enseignants du primaire avec ceux du secondaire. Lors de son point de presse aujourd’hui, le président de la Government Teachers Union (GTU) a également annoncé une marche en marge de la World Teachers’ Day, le 4 octobre prochain. Elle démarrera à St Jean pour rallier le Teachers Centre, sis à Quatre-Bornes.

Abordant la question de la candidature de syndicalistes aux élections générales, Seegum concède que c’est « un pas en avant ». Tout en émettant des critiques voilées à l’encontre de Harish Boodhoo. Celui-ci avait lancé un appel, le 17 septembre, à SAJ pour laisser le champ libre aux syndicalistes dans deux circonscriptions.

Interrogé à propos de la candidature de Toolsyraj Benydin sous les couleurs du Muvman liberater, Vinod Seegum a eu des propos très durs envers le président de la National Trade Union Confederation (NTUC). Réclamant notamment que Benydin présente le bilan de son action syndicale, de même qu’un « relevé » de ses voyages à l’étranger et de leurs retombées pour les fonctionnaires syndiqués.

Invité à réagir à ses critiques, Benydin estime que Vinod Seegum est « jaloux ». « Peut-être à cause des problèmes qu’il a eus au niveau de la fédération [la Federation of Civil Service and other Unions (FCSOU), NdlR] », avance le président de la NTUC. Rappelant qu’il a cumulé trois mandats à la tête de la FCSOU, Benydin poursuit : « C’est Vinod Seegum qui a failli lamentablement à se faire élire. » Et d’ajouter qu’en ce qui le concerne, « tout ça, c’est du passé, c’est oublié ».

Benydin dit désormais se concentrer sur son engagement politique qui, pour lui, est « un plus, un autre moyen de poursuivre le combat mené pour les travailleurs ». Fort de sa trentaine d’années au sein du mouvement syndical, de son expérience sur le terrain et de son engagement social. Le mouvement syndical « seul », estime Benydin, ne peut « apporter tous les changements nécessaires ». Et il est temps de « laisser la place à d’autres leaders syndicaux ».

Toolsyraj Benydin est pressenti pour être candidat au no 15 (La Caverne-Vacoas). Une région qu’il connaît bien et où « le travail a déjà commencé même si rien n’est encore confirmé ». Et de souligner qu’il lui faudra également renoncer à son poste au sein de la NCTU.