Il voulait briguer les suffrages sous la bannière du Mauritian National Congress. Vivek Pursun s’est finalement désisté. Arguant que la couverture médiatique a surtout mis en lumière une poignée des 40 candidats engagés dans la partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes.