Les enfants sont les grands oubliés dans les affaires de violence domestique. C’est l’avis d’étudiants en droit de l’université de Maurice. Les enfants victimes peuvent devenir des bourreaux à leur tour et il faut briser le cercle vicieux de la violence, soutiennent ces jeunes de l’Empowerment African Youth Through Leadership.

Ils ont organisé un atelier de travail à l’auditorium Octave Wiehé, à Réduit, le mardi 6 novembre, pour discuter de ces questions et dégager des pistes de réflexion. Des représentants du bureau du Directeur des poursuites publiques, du bureau de l’Ombudsperson for Children, de Gender Links, de l’ambassade américaine, du haut-commissariat australien et de la Police Family Protection Unit ont animé les débats.