Follow Us On

Slider

«Pa tous nou zanfan! Protez nou zanfan!» Citoyens lambda ou membres d’associations, tous ont tenu à crier leur indignation et leur colère devant l’horreur que représentent les crimes sexuels, encore plus quand les victimes sont des enfants, lors de la marche organisée par Pedostop, le mercredi 8 mai. Les rues du centre-ville de Port-Louis ont aussi résonné au son de cette autre réclamation, à l’origine de cette manifestation : la nécessité d’imposer des peines plus sévères à ceux reconnus coupables de tels actes. Peut-être même de réformer la législation.

Véronique Charoux, la quarantaine, tenait à être dans la capitale ce midi. Elle connaît la souffrance des huit victimes de Michel de Ravel de l’Argentière, pour avoir elle-même été victime d’un oncle abuseur quand elle était enfant. Contrairement à ces femmes qui ont pu voir leur agresseur être condamné, Véronique Charoux ne peut pas encore mettre de point final sur la partie judiciaire de son histoire douloureuse. L’homme qu’elle a accusé en 2012 a fui le pays, dit-elle. Les peines clémentes, comme celles dont a écopé Michel de Ravel il y a deux semaines, sont «encourageantes» pour les pédophiles et les prédateurs sexuels, déplore Véronique Charoux.

Qu’à cela ne tienne, les victimes ne doivent pas se taire, au contraire, avance Véronique Charoux. Tous ceux qui ont participé à la marche soulignent ce point : il faut briser le silence.

«On ne vous protège pas.» C’est le message que reçoivent les victimes quand leurs agresseurs écopent de travaux communautaires au lieu d’une peine d’emprisonnement, explique Joelle Hannelas. «Ce n’est pas normal», insiste la présidente de Pedostop. Les conséquences des crimes sexuels sur les victimes sont «graves», même des années plus tard, explique-t-elle. Elles vivent avec les séquelles toute leur vie.

Jean-Patrick Ferrat, porte-parole de Pedostop, plaide pour sa part pour la formation suivie et une meilleure organisation des autorités lorsqu’elles interviennent auprès de mineurs qui dénoncent des actes pédophiles.

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in Actualités, Main sliders, Slider_Actu
[Vidéo] School Certificate 2018 : 1 868 élèves ont obtenu 3 «credits» aux examens

Le sujet fait débat depuis le début de l’année dans le milieu éducatif. Combien d’élèves ayant pris part aux examens...

Close