Détecter et soigner à temps les cancers et autres maladies gastro-intestinales. Proposer une alternative à la chirurgie dans les cas de troubles gastriques. C’est ce que permet la nouvelle unité d’endoscopie gastro-intestinale inaugurée hier à l’hôpital Jeetoo. Il s’agit du troisième département de ce type dans les hôpitaux publics du pays.

Les patients souffrant de troubles gastriques tels que l’ulcère ou encore le cancer de l’intestin ou de l’estomac pourront être examinés sans avoir à être hospitalisés. L’appareil dernier cri dont est dotée l’unité d’endoscopie permet aussi pratiquer des biopsies.

Ce nouveau département a vu le jour grâce à une collaboration étroite avec le Dr Sulleman Moreea du Bradford Health Institute for Research. Le spécialiste en gastroentérologie a, en effet, permis de faire venir les technologies adéquates, et forme les médecins et infirmiers aux soins gastro-entérologiques.

Cette initiative fait partie de l’effort de décongestionnement des hôpitaux, comme l’explique le ministre de la Santé Anwar Husnoo, qui assistait à l’inauguration ce lundi 18 décembre. D’autres unités de ce type sont déjà en place à l’hôpital national Sir Seewoosagur Ramgoolam de Pamplemousse et à l’hôpital Nehru de Rose-Belle. Il est prévu d’en ouvrir d’autres à l’hôpital de Flacq et celui de Candos.

Anwar Husnoo s’est adressé, en début d’après-midi, aux professionnels de la santé à l’occasion de la Journée des patients organisée à l’hôpital SSRN à Pamplemousse. Le ministre a réitéré la nécessité, pour les médecins et infirmiers, à mieux communiquer avec les patients. La plupart des plaintes reçues au ministère ont trait à cela.