Cela fait environ un an que la Hotels and Restaurant Employees Union (HREU) a entamé des négociations avec la direction du Sofitel l’Impérial sur les salaires et conditions de travail des employés. Mais la direction refuse de négocier, déclare Ashok Subron, leur négociateur.

Quelque 300 employés sont concernés.

Après avoir essayé la négociation directe avant de passer à l’Employment Rights Tribunal, les employés ont saisi la Commission de conciliation et de médiation (CCM). Mais la direction de cet établissement du groupe Accor «refuse» la conciliation et la médiation, à en croire Subron.

Si la direction persiste à refuser les discussions, les employés pourraient recourir à une grève, prévient le syndicaliste, ainsi que le prévoient les lois du travail. A cet effet, le syndicat organise une assemblée avec tous les employés le 12 septembre pour se prononcer sur la question.

La HREU prévoit aussi d’adresser un courrier à Sébastien Bazin, directeur d’AccorHotels, afin de lui exposer la situation.

Ashok Subron espère, de son côté, que «la raison primera».

Jointe au téléphone, la directrice des ressources humaines de Sofitel l’Impérial explique que la direction est toujours en attente d’une réponse de la CCM. Sur quoi ? Shoshila Ramsamy ne fournira aucune précision. Se bornant à déclarer qu’aucun accord n’a été établi pour l’heure et que la direction se doit de respecter les procédures juridiques.