Follow Us On

Slider

Cette jeune femme, inscrite dans une université privée, risque d’être expulsée. Les démarches entreprises par l’ONG Pils pour que l’étudiante puisse poursuivre ses études, n’ont pas abouti, a déclaré Nicolas Ritter. Une situation incohérente pour le directeur exécutif de l’association qui lutte contre le VIH-sida. D’autant que, poursuit Nicolas Ritter, les autorités mauriciennes ont déjà eu affaire à un cas similaire et ont autorisé l’étudiant à rester à Maurice afin de pouvoir terminer son cursus. Et que le Premier ministre s’est engagé à ce que la loi sur « l’expulsion automatique en cas de séropositivité soit revue ».

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in News, Videos
En attente de sa sentence, Oscar Pistorius décrit comme un «homme brisé»

Le rideau n’est pas tout à fait tombé sur cette affaire qui a choqué l’Afrique du Sud et le monde....

Close