Des filles s’envoleront, cette fois-ci, pour la Russie. Neuf footballeuses qu’accompagne le Service d’accompagnement, de formation, d’intégration et de réhabilitation de l’enfant (Safire) débarqueront à Moscou, le mois prochain, pour la 3Street Child World Cup 2018. Cette compétition aura lieu du 10 au 18 mai, en amont de la Coupe du monde le mois suivant.

Sauront-elles émulé les garçons qui avaient gagné chez les moins de 13 ans lors du «test-tournament» de l’an dernier ? C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports leur a remis des équipements aujourd’hui. Le centre technique de Réduit a aussi été mis à leur disposition, a indiqué Stephan Toussaint.

Cette présentation officielle à l’équipe a coïncidé avec la Journée mondiale des enfants de rues, observée le 12 avril.

Pour Edley Maurer, responsable de Safire, l’Etat mauricien doit valoriser les enfants sur une base égalitaire dans notre système éducatif. Il a souligné, également, le besoin de conscientiser les enfants sur leurs droits.

Outre le tournoi de football, l’équipe mauricienne participera à un congrès prévu sur l’éducation. Lors de la Street Child World Cup, les enfants ne font pas que jouer au ballon. Ils participent, en tant qu’ambassadeurs, à des conférences sur les droits et la situation des enfants de rue dans le monde. Et peuvent témoigner de celle qui prévaut dans leur pays.

Une équipe de Safire a fait partie de l’aventure Street Child World Cup pour la première fois en 2014.