L’homme semble avoir convaincu Paul Lam Shang Leen. Kailash Trilochun s’est expliqué devant la commission drogue sur ses visites en prison, entre 2009 et 2011, à des trafiquants de drogue. Dont des visites «en masse» à des détenus qui n’étaient pas tous ses clients.

L’avocat avance ainsi qu’il travaillait, à l’époque, sur une motion visant à apporter des amendements à la Dangerous Drugs Act portant notamment sur un système de rémission pour les détenus condamnés pour des délits de drogue. La rémission, insiste Trilochun, étant une arme pour encourager les détenus à bien se conduire.

Il fait également ressortir, lors de cette seconde audition, que les hommes de loi doivent aussi se tenir à carreau et respecter le code d’éthique qui gouverne la profession.

Compte rendu à suivre