Follow Us On

Slider

La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) n’y va pas de main morte. La situation déplorable dans laquelle se retrouvent certains travailleurs aujourd’hui sont autant le fait de l’ancien régime au pouvoir que de l’actuel, soutient Reeaz Chuttoo.

Le président de la centrale syndicale dénonce la «mascarade» de parlementaires qui, ce dimanche 27 mai, se sont rendus sur un chantier à Jin Fei pour constater les conditions de vie déplorables d’ouvriers bangladais employés par une compagnie de construction chinoise.

Ces mêmes députés, rappelle le syndicaliste, étaient au gouvernement quand les lois du travail ont été amendés et ont permis de rogner sur les droits des travailleurs étrangers également. «Il ne faut pas avoir honte, reconnaissez que vous avez fait des erreurs», exhorte Chuttoo.

La CTSP s’interroge également sur le silence du gouvernement quant au fait que des contracteurs étrangers n’emploient aucun Mauricien. Et semble «permettre une surexploitation à outrance des travailleurs étrangers».

La CTSP, associée à la Construction, Metal, Wooden and Related Industries Employees Union, a écrit au gouvernement pour réitérer ses demandes. Soit que les amendements aux lois du travail soient enfin présentés à l’Assemblée nationale. Et que cela inclut de meilleures protections pour les travailleurs étrangers.

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in Main sliders, News, Videos
Nommée à l’Electoral Supervisory Commission, Sonah-Ori renonce

Elle n’est «aucunement disqualifiée». Shamila Sonah-Ori renonce toutefois à être membre de l’Electoral Supervisory Commission et de l’Electoral Boundaries Commission....

Close