La corruption et les pratiques irrégulières en période électorale ne sont pas seulement l’affaire des partis politiques mais aussi des citoyens. C’est le message qu’a passé Transparency Mauritius lors du lancement d’une proposition de « Code of Conduct for free and fair elections ».

Rajen Bablee, le directeur de l’ONG, dit espérer que le prochain gouvernement, quel qu’il soit, prendra enfin la décision de légiférer afin de réglementer le financement des partis politiques mais aussi de punir plus sévèrement les cas de « bribes électoraux » tels qu’ils ont été déjà constatés dans le passé. Au-delà du code, qui peut être consulté ici, peut et Rajen Bablee appelle avant tout les électeurs à ne pas se laisser tenter par des récompenses proposées par les partis politiques et de rapporter systématiquement toute proposition de ce type à la Commission électorale.

Nando Bodha, seul homme politique présent au lancement, estime que les bonnes pratiques passées, comme celle d’interdire les « bases » dans les circonscriptions doivent être réinstaurées. Et de rappeler que la Commission électorale doit être renforcée afin d’agir comme un gendarme plus efficace durant les campagnes électorales.