Le livret lancé aujourd’hui est le résultat d’un atelier de formation organisé par Transparency Mauritius en septembre 2013 à l’intention des membres de la presse mauricienne. Le but, explique Rajen Bablee, directeur exécutif de cette organisation, est de fournir aux journalistes les outils nécessaires afin de révéler « les informations cachées ». Le manuel, gratuit, peut être consulté ici.

Transparency Mauritius, dont le cheval de bataille est la lutte contre la corruption et le trafic d’influence, réclame par ailleurs une loi sur le financement des partis politiques, souligne Rajen Bablee. « Il est important d’avoir une visibilité et une transparence totale » sur l’usage des fonds contribués par les compagnies privées, explique-t-il. Les partis politiques, insiste Bablee, doivent être « accountable » vis-à-vis de la population.