Anil Gayan espérait que la réunion convoquée, hier, au ministère du Tourisme avec la direction de The Residence Mauritius décanterait la situation. Mais à hier après-midi, celle-ci maintenait sa position, soit l’interdiction du port du tika à l’ensemble de son personnel. Cela en attendant une nouvelle réunion, cette fois-ci au ministère du Travail. Une rencontre qui avait cours au moment où le ministre du Tourisme et son collègue Soodesh Callichurn s’adressaient à la presse, ce mercredi 18 avril.

La direction est entendue under warning, a précisé Callichurn.

Le ministère du Travail a signifié son intention, la semaine dernière, d’initier des poursuites criminelles contre l’hôtel pour discrimination, rappelle Soodesh Callichurn. La Commission de conciliation et de médiation a aussi été saisie, dit-il.

Si l’hôtel The Residence campe sur ses positions, le ministère se tournera vers l’Employment Relations Tribunal et peut-être même la Cour suprême, a ajouté le ministre du Travail.

La rencontre du mardi 17 avril, a expliqué Anil Gayan, a été «consensuelle». Outre l’hôtel The Residence, des représentants de l’Association des hôteliers de l’île Maurice et de Business Mauritius y participaient également. Le ministre du Tourisme dit comprendre certaines restrictions par rapport à la nature du travail, comme l’interdiction du tika en cuisine et dans les salles de restauration à cause des normes d’hygiène.

La direction locale de The Residence a alors signifié devoir contacter sa maison mère à l’étranger avant de pouvoir se prononcer à nouveau.

The Residence Mauritius interdit le port du tika à l’ensemble du personnel pour ne pas créer de discrimination entre les départements, a indiqué la direction dans son unique communication publique à ce jour.

La Fédération des travailleurs unis maintient, de son côté, une manifestation prévue devant l’hôtel, à Belle-Mare, le 20 avril.