Les syndicats des artisans et laboureurs du secteur sucre sont dans l’attente. Les mesures envisagées pour soulager ce secteur en difficulté ne sont toujours pas connues. Mais il n’est pas question, insistent-ils, de rogner les droits des travailleurs «pou retourn kouma lepok kouli lontan». D’autant que les compagnies «tablisman» engrangent des profits et bénéficient de concessions fiscales sur les projets de smart cities qu’elles entendent développer, insiste Ashok Subron, négociateur pour le compte du Joint Negotiating Panel.

La Union of Artisans and Allied Workers of Cane Industry, l’Artisans and General Workers Union, la Sugar Industry Labourers Union et la Plantation Workers Union maintiennent leur opposition aux recommandations du Joint Technical Committee réunissant le gouvernement et les compagnies concernées.

Le JNP propose au gouvernement de ne pas accorder de soutien financier aux compagnies sucrières. Le regoupement syndical suggère également que Maurice se positionne sur le marché du sucre équitable, qui est assorti d’une prime par tonne de sucre achetée.

«Si Pravind Jugnauth touche à un cheveu des droits des artisans, il nous trouvera sur son chemin», prévient Ashok Subron. Qui appelle les artisans et laboureurs à se mobiliser à partir du 7 octobre.