Nandanee Soornack a été autorisée à rentrer chez elle. Après avoir passé le week-end en cellule. La femme d’affaires mauricienne a comparu devant un tribunal de Bologne ce lundi 20 avril. Contactés, ses hommes de loi se refusent toutefois à dire les charges retenues contre leur cliente. Alors que la presse italienne parle de blanchiment d’argent et d’association de malfaiteurs. Elle avait été arrêtée le 16 avril.

« Le juge lui a ordonné de rentrer chez elle », s’est contentée de répéter Savina Choolun-Boodhoo, du panel d’hommes de loi de Nandanee Soornack à Londres. Cet ordre est assorti de certaines conditions que l’avocate se refuse cependant à révéler.

Quant à savoir si la directrice d’Airway Coffee est au courant des procédures d’extradition à son encontre, l’avocate de répondre : « La cliente devrait être au courant de ce qui se passe concernant son affaire, non ? » Pas de détail non plus sur une prochaine comparution éventuelle de Soornack, ni sur la possibilité que des enquêteurs mauriciens l’interrogent.

Du côté de la police mauricienne, on indique avoir reçu une « communication officielle » des collègues italiens. Nandanee Soornack est toujours considérée comme étant en état d’arrestation. « Elle a été assignée à résidence. » Les procédures d’extradition sont toujours en cours « mais il faudra attendre un peu ». Et il serait même question que des limiers mauriciens fassent le déplacement en Italie pour aller récupérer la femme d’affaires.