« Mon ministère génère des revenus d’environ Rs 1 milliard. » Showkutally Soodhun n’en est pas peu fier.

Le ministère du Logement et des Terres, fait-il ressortir, est un « poumon du développement » de Maurice. Qui « alloue des terrains pour des projets qui vont relancer l’économie et créer de l’emploi ».

Showkutally Soodhun a animé une conférence de presse, ce 26 septembre 2016, pour dresser le bilan de son ministère. Mais aussi vulgariser certaines mesures budgétaires et esquisser les projets à venir.

Ainsi, une révision des lois sur le développement urbain est en cours. Trop éparpillées, fait comprendre le ministre, celles-ci seront regroupées dans un seul texte qui devrait être présenté au Parlement en février 2017. Les services d’un consultant australien ont été retenus pour aider à la rédaction.

La National Development Strategy, qui date de 2003, sera aussi revue. Le contrat pour les services de consultance sera alloué d’ici la fin de l’année.

Pour ce qui est des squatters, Showkutally Soodhun maintient une ligne dure. Face à ce drame « humain », dit-il, les régularisations se poursuivent. De nouvelles occupations illégales de terrains de l’Etat ne seront toutefois pas tolérées. La police des terres, dit le ministre, veille au grain et faisant des patrouilles régulières à travers l’île. En outre, les terres inoccupées seront éventuellement attribuées à des organismes publics ou parapublics selon leurs besoins.

Interrogé à l’issue de sa conférence de presse sur le timing de celle-ci – le bilan pour 2015 avait été effectué en décembre –, Showkutally Soodhun a esquivé la question.