« Proches, agents, ‘taper’, sirènes… » C’est là le profil des « ti dimoun » à qui Ramgoolam dit avoir octroyé des terres de l’Etat, selon le ministre des Terres et du Logement. Qui ajoute que l’ex-Premier ministre « ment » en affirmant n’avoir alloué que 10 perches au Pandit Sungkur.

« M. Sungkur a obtenu 500 toises », affirme Showkutally Soodhun. « Alors qu’il n’a jamais fait d’application. » Pour le ministre, il est clair que Navin Ramgoolam s’est livré à une « braderie » des terres de l’Etat au vu des nombreuses irrégularités relevées dans les dossiers. « Li kapav partaz so dibien, me pa dibien lepep », a avancé Showkutally Soodhun.

Abordant la question des squatters dans la capitale, le ministre indique que le gouvernement « veut en finir ». Port-Louis étant appelée à devenir une « cité touristique ». D’où le plan de régularisation/relocalisation mis en place pour les cas « genuine », identifiés après recensement. Ainsi, certains bénéficieront d’un lopin de terre où ériger leurs maisons.

Enfin, commentant le départ de Kailash Purryag, Soodhun a souligné les « bonnes relations » qu’il entretient avec le président démissionnaire. Ainsi que le traitement, « digne d’un vrai président », que lui a accordé le Premier ministre sir Anerood Jugnauth. Répondant à la presse, Soodhun a insisté sur le fait qu’« il n’y a pas eu ‘forcing’ pour le pousser à partir ».