Le ministère du Logement et des Terres s’active pour régulariser la situation des squatters du pays, a aujourd’hui rappelé Showkutally Soodhun. Ainsi, 62 familles de Cité Bon Dieu sont aujourd’hui officiellement propriétaires des terrains qu’elles occupaient encore illégalement, il y a peu, à Riambel. Une cérémonie à leur intention a eu lieu aujourd’hui, dans les locaux du ministère du Logement et des Terres, à Ebène.

S’ajoutent à cela 61 familles de Case-Noyale et de Bambous, poursuit le ministre qui indique avoir signé les documents ce matin même. A Port-Louis, ce sont 422 familles qui seront « légalisés ‘in situ’ ». D’autres, pour des questions de sécurité ou d’appropriation des terres, devront cependant être relogés ailleurs.

Le ministre du Logement et des Terres prévient toutefois : «Aucun squatting n’est toléré depuis juillet.» Les structures illégales sont systématiquement détruites.

Par ailleurs, 1 000 logements sociaux sur les 10 000 prévus seront offerts à la National Empowerment Foundation. Celle-ci pourra en disposer pour loger les personnes dont les revenus ne dépassent pas Rs 6 500, explique Soodhun. Pour ceux qui touchent Rs 10 000, des maisons de 3 chambres à coucher sont prévues à Cap Malheureux, Pointe-aux-Sables ou encore Moka.

Note : Ce texte a été modifié suite à une précision du ministère du Logement et des Terres. Contrairement à ce qui avait été rapporté auparavant en se basant sur les déclarations de Showkutally Soodhun, des mesures plus strictes visant le squatting sont en vigueur depuis juillet de cette année, et non à partir de juillet 2016.