La compagnie d’aviation nationale prend son engagement à réduire ses émissions de dioxide de carbone au sérieux. Air Mauritius veut ainsi les réduire de 50%, explique son CEO Somas Appavou. Il espère même atteindre une croissance neutre en carbone avant l’échéance de 2020 fixée par l’International Air Transport Association.

Autre objectif, complémentaire, de l’association professionnelle mondiale des transporteurs aériens : réduire les émissions de carbone de moitié (comparé aux relevés de 2005) d’ici 2050.

Pour ce faire, Air Mauritius compte sur les nouveaux Airbus qu’elle a commandés (8 d’ici 2023), explique le nouveau n1 au Paille-en-queue Building. La compagnie aérienne compte déployer d’autres stratégies, poursuit le CEO, dont une consommation plus efficace du carburant et la mise en place de routes plus optimales.

Somas Appavou était, ce 1er août, à Ebène pour la conférence sur l’aviation et le tourisme durable qu’a organisée Air Mauritius dans le cadre de ses 50 ans.

La compagnie est l’une des rares de la région à proposer des vols directs vers les grandes villes du monde. Son atout majeur, selon Anil Gayan. Le ministre du Tourisme estime cependant que pour la viabilité du secteur touristique, Maurice doit diversifier ses marchés. En visant, par exemple, d’autres pays asiatiques tels que le Japon et la Corée du Sud.

Gayan estime, par ailleurs, que les investissements indiens à Agaléga qui contribueront au développement du tourisme sur l’archipel.

Le ministre s’avance même à dire que des projets touristiques peuvent être envisagés sur les Chagos si l’avis de la Cour internationale de justice est en faveur de Maurice et que le pays retrouve sa souveraineté sur cet archipel.

Egalement présent à la conférence, Taleb Rifai souligne que nle voyage est une révolution planétaire. Le secrétaire général de l’Organisation mondiale du Tourisme a procédé au lancement de la campagne «Travel. Enjoy. Respect.» de cette organisation onusienne pour promouvoir le tourisme durable.