Si les calculs de Rezistans ek Alternativ sont bons, les concessions fiscales dont bénéficieront les smart cities seront « colossales ». Le parti au papillon s’est appuyé sur le premier projet officialisé, celui d’Omnicane, pour faire le compte des sommes dont le groupe se verra exempter.

A terme, et en se basant sur les éléments disponibles au niveau du public, les exemptions fiscales avoisinent les Rs 7 milliards, indique Ashok Subron, porte-parole du parti. Qui s’interroge sur le timing de tels gestes alors que la dette publique est très élevée.

L’Etat doit venir préciser ce montant, estime le parti au papillon. Ce dernier craint, par ailleurs, qu’un « apartheid social » ne se mette en place avec la création, dans le sillage des smart cities, de « gated communities » aux résidents étrangers.

Commentant la situation actuelle à Air Mauritius, Jean Yves Chavrimootoo estime que c’est là une conséquence du coup d’Etat de palais que Rezistans ek Alternativ dit constater au sommet de l’Etat. Des « parasites » et « gros bonnets du capital local et international » entourent Pravind Jugnauth, renchérit Subron, et tentent de « prendre le pouvoir ».