Anwar Husnoo a tenu à mettre les points sur les i. Le ministère de la Santé ne fera pas marche arrière sur le shift system. Husnoo réfute toutefois les accusations de refus de dialogue que lui lancent les syndicalistes, dont la Medical and Health Officers Association et Narendranath Gopee. Rappelant que l’une de ses premières actions à sa prise de fonction a été de rencontrer les représentants des différentes catégories de personnel du service de santé.

«Tout s’est très bien passé» en ce premier jour de déploiement du système de rotation dans les hôpitaux régionaux et Area Health Centres, assure Husnoo. Qui insiste que les conditions sous ce système sont correctes.

«Nous ne sommes pas pour pénaliser qui que ce soit», affirme le ministre. Qui souligne que les médecins travailleront 13 heures d’affilée au maximum au lieu des 33 heures auparavant. Ils bénéficient, en plus, de 2 «increments» car leur semaine de travail passe à 40 heures.

Les médecins recrutés récemment s’inscrivent d’ailleurs dans le cadre de ce système mais aussi afin d’améliorer le service au niveau des Area Health Centres.

Husnoo précise qu’une réunion était prévue aujourd’hui avec le syndicaliste Radhakrishna Sadien et des représentants des médecins. Elle a été renvoyée à demain, 15h. «Je suis prêt à les rencontrer.»

Gopee :  «Il faut un système plus humain»

Joint au téléphone, le syndicaliste Narendranath Gopee, qui participera à la réunion prévue ce mercredi 2 août, insiste que le système de rotation n’est pas adapté au service de santé. «Dokter pa pe lager kas me kondision servis», martèle le syndicaliste.

«Il faut un système plus humain», fait ressortir le président de la Federation of Civil Service and Other Unions. Il était, ce midi, au bâatiment Emmanuel Anquetil en compagnie de membres de la MHOA pour protester contre le shift system.

Qu’attend-il de la rencontre avec le ministre de la Santé ? Déjà, que chacun puisse exposer ses arguments et écouter ceux de l’autre. Et, peut-être, que des négociations démarrent enfin.