Le Premier ministre ne croyait absolument pas à la mise en place d’un service de demande et d’octroi de permis de travail entièrement électronique. Navin Ramgoolam l’a d’ailleurs fait savoir à son ministre du Travail en des termes non équivoques lors d’un conseil des ministres.

Pourtant, Shakeel Mohamed explique qu’il a relevé le challenge que lui a lancé le Premier ministre en mettant en place le premier service à 100% électronique d’une administration publique à Maurice. Le ministre du Travail s’est laissé aller à la confidence lors du lancement du e-Work Permit aujourd’hui. Laissant entendre que son successeur, s’il en a un, devra être féru d’informatique pour maîtriser le système et cette nouvelle manière de travailler. C’est un petit « mesanste » que Mohamed fait à son éventuel successeur, a expliqué l’homme politique sur un ton badin.