Certes, les Standing Orders prévoient l’éventualité de l’exclusion d’un parlementaire. Toutefois, le SO numéro 49 est une «mesure exceptionnelle», soutient Shakeel Mohamed, censée être appliqué immédiatement pour ramener l’ordre dans l’hémicycle. Ce qui n’a pas été le cas pour Xavier Duval, soutient le chef de file du Parti travailliste au Parlement.

Suivant l’expulsion de Duval et la suspension, temporaire, de la séance matinale, le calme est revenu à l’Assemblée nationale, relève Mohamed. Qui ne manque pas de souligner qu’avant la présentation de la motion d’exclusion par Pravind Jugnauth, celui-ci de même que le Deputy Prime minister Collendavelloo se sont rendus au bureau du Speaker. Ce qui fait dire à Mohamed que l’exclusion de Duval relève du «complot».

Le temps est venu pour une motion de blâme contre le gouvernement, affirme l’élu de Port-Louis Maritime/Est. Non pas après la partielle du 17 décembre, comme le prévoit Xavier Duval, mais «tout de suite».

Les trois élus travaillistes ont boycotté le reste de la séance du jour, tout comme les autres membres de l’opposition.