L’enquête sur Álvaro Sobrinho, initiée au niveau de la Financial Services Commission, suit son cours, affirme Sudhir Sesungkur. L’homme d’affaires angolais, croit même savoir le ministre de la Bonne gouvernance et des Services financiers, devrait être au pays ce 9 mars.

« Nous suivons la situation de près », souligne Sesungkur. Qui poursuit : « On attend d’avoir toutes les informations avant de tirer des conclusions. » Et, partant, de prendre une décision, ajoute le ministre.

Alors qu’il s’interrogeait, la semaine dernière, sur le respect ou non des procédures par le régulateur dans l’octroi de licences aux compagnies d’Álvaro Sobrinho, le ministre affirme, ce soir, qu’il manque des compétences au sein de la FSC. D’où un exercice en cours actuellement pour nommer des « personnes compétentes » à des « postes clés ».

Le ministre des Services financiers estime cependant que l’affaire Sobrinho ne doit pas « éclipser » le dynamisme de notre secteur financier. Il lance, dans la foulée, un appel à la prudence dans la manière de rapporter cette affaire dans la presse. L’image de notre pays aux yeux d’investisseurs potentiels, dit Sesungkur, est en jeu.

Sudhir Sesungkur assistait, ce 8 mars, à l’édition 2017 des PwC Corporate Reporting Awards, qui récompensent les compagnies ayant déployé les meilleurs efforts dans la présentation de leurs rapports annuels.