Maurice accueille pour la première fois le congrès annuel de l’International Association of Insolvency Regulators. Cette rencontre, selon Sudhir Sesungkur, donne une plus grande visibilité au pays sur le plan mondial. C’est surtout l’occasion de se pencher sur le cadre législatif pour voir si des amendements sont nécessaires au vu de l’évolution dans le secteur.

Le ministre des Services financiers estime ainsi que les lois doivent prendre en compte tous ceux concernés quand une entreprise ferme ses portes définitivement. Cela va des créanciers à l’Etat en passant par les employés. Il faut une approche plus humaine, dit Sesungkur, qui intervenait aujourd’hui lors de la deuxième journée de conférence.

Des délégués de 26 pays participent à cette rencontre qui a démarré hier à Flic-en-Flac, axée sur les tendances et développements. Des présentations sont notamment prévues par des représentants de Maurice, d’Australie, de Trinidad et Tobago, de Singapour. L’IAIR a également lancé, ce mardi 16 octobre son «Principles of a Regulatory Regime for Insolvency Practitioners».