«Les risques d’infiltration par des terroristes sont réels». Le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Sudhir Sesungkur, l’a fait ressortir lors du lancement officiel d’un programme de Capacity Building, le lundi 29 octobre à l’hôtel Sofitel à Flic-en-Flac. Organisé par son ministère ainsi que l’United Nations Office of Counter-Terrorism, cet atelier de travail intitulé «Countering the Financing of Terrorism» a pour objectif de combattre le blanchiment et le financement du de terrorisme.

Le ministre a aussi réitéré son mécontentement vis-à-vis sur le rapport du l’Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG). Il indique qu’une nouvelle demande pour un reclassement a été effectuée le 5 octobre dernier. Selon le ministre, il y avait déjà plusieurs reformes et amendement qui n’ont pas été pris en considération.