Que sa fille soit entendue et que la vérité éclate. C’est ce que souhaite Séline Gros-Coissy, la mère d’Aurore. Le procès de la Française originaire de St-Romain-de-Popey reprend ce vendredi 12 septembre aux Assises. Et Aurore Gros-Coissy devrait être appelée à la barre pour donner sa version des faits qui ont mené à son arrestation, il y a trois ans.

Pour Séline Gros-Coissy, avec qui ION News a pu s’entretenir via Skype, l’innocence de sa fille ne fait aucun doute. Elle déplore toutefois que des témoins qui s’étaient, dit-elle, présentés « spontanément » à la justice française en 2011, n’ont pas été pris en compte. Tout comme elle ne comprend pas que Tinsley Cornell, le fils de la co-accusée d’Aurore, n’ait pas été entendu jusqu’ici.

Farid Dekhli n’envisage pas, à ce stade, que la Saint-Rominoise soit condamnée. « Nous faisons tout le nécessaire pour que la vérité éclate », affirme le porte-parole de Victimes du détournement de médicaments et stupéfiants, association qui soutient Aurore Gros-Coissy et d’autres Français détenus à Maurice pour trafic de Subutex. Pour Farid Dekhli, un « recadrage », en France, est nécessaire sur la question de ce substitut à l’héroïne pour que cesse le trafic vers Maurice. « Il n’y a pas d’autre choix. Que chacun assume ses responsabilités », dit-il.

Note : L’entretien vidéo ayant eu lieu via Skype, veuillez excuser la qualité de l’image.