Depuis une semaine qu’elle est à Maurice, Séline Gros-Coissy et sa fille se sont vues presque tous les jours. La mère est venue soutenir Aurore, condamnée pour trafic de Subutex et en attente de sa sentence.

Pour Séline Gros-Coissy, il ne fait aucun doute. Sa fille est victime d’une « erreur judiciaire ». La justice mauricienne, affirme Séline Gros-Coissy, n’était pas en présence de tous les éléments dans cette affaire. « Le vrai coupable, souligne-t-elle, est en ce moment en liberté et on sait qui il est. »

« Aurore doit sortir de là innocentée », insiste Séline Gros-Coissy. Elle envisage de faire appel de la décision du juge Bobby Madhub, qui devrait tomber cette semaine, et d’user tous les recours possibles afin de prouver l’innocence de sa fille. Et de faire que les « faits soient confrontés à la réalité ».

Son travail au sein de l’Association des Victimes du détournement de médicaments et stupéfiants, avec Farid Dekhli, se poursuit. A la fois sur le sol français et mauricien. Séline Gros-Coissy indique ainsi qu’ils ont été invités à déposer devant la commission antidrogue annoncée par sir Anerood Jugnauth lorsque celle-ci sera constituée.