A en croire Mahen Seeruttun, l’employé de la Mauritius Society for Animal Welfare impliquée dans la capture d’une chienne, il y a deux jours, dans un collège pour filles, a agi dans le strict cadre de la loi. Le ministre de l’Agro-industrie, qui a la charge de la MSAW, s’appuie pour cela « sur ce que j’ai vu » et sur ce que « la direction m’a expliqué ». Alain Ignace, vétérinaire de la MSAW, affirme pour sa part que les fractures dont souffre la chienne remontent à au moins sept jours, et sont le résultat d’un « accident de voiture ».

Des élèves du collège où s’était effectuée la capture avaient, elles, affirmé que les dog handlers venus récupérer la chienne et ses petits avaient brutalisé l’animal, la blessant et lui cassant la patte.

Mahen Seeruttun concède toutefois que des améliorations sont nécessaires au niveau de la MSAW pour que celle-ci puisse mener à bien sa mission de s’occuper du bien-être des animaux. Ainsi, par manque d’espace, et suite à la vidéo diffusée en juin dernier de chiens malmenés par des employés du dog pound de Port-Louis, explique le ministre, la capture des chiens errants a été suspendue. La stérilisation de masse reprendra toutefois à partir de septembre, avec le concours de vétérinaires du privé. La MSAW, reconnaît Mahen Seeruttun, manque de « personnel qualifé ».

Le ministre a effectué une visite au siège de la MSAW, à Rose-Hill, ce jeudi 13 août.