Les piquets de grève sont désormais levés devant les usines sucrières. Les négociations entre la Mauritius Sugar Producers’ Association et le Joint Negotiating Panel ont finalement abouti sur un accord. Celui-ci a été signé il y a à peine trois heures, alors que le jour se levait. Des discussions intenses qui avaient repris il y a quelques jours et qui se sont intensifiées depuis hier. Se prolongeant durant toute la nuit de ce jeudi à vendredi.

Syndicats et patronat se rejoignent donc, comme convenu plus tôt cette semaine, sur une augmentation salariale de 13%. Avec un paiement échelonné, ainsi que l’avait proposé le ministre du Travail le 20 novembre, sur trois ans. Si les droits acquis des travailleurs, notamment celui de ne pas travailler le dimanche, ne sont pas remis en cause, les autres points litigieux seront pour leur part référés à un arbitre indépendant. Le Joint Negotiating Panel a suggéré le nom de l’ex-juge Bushan Domah. Et indiqué que les travailleurs reprendraient le chemin des usines au plus tôt.

Le ministre du Travail Shakeel Mohamed a salué le courage des artisans et laboureurs qui se sont lancés dans cette grève légale. Tout en déplorant l’impact de celle-ci sur les salaires et sur l’économie.

Gilbert Espitalier-Noël, président de la MSPA, a pour sa part précisé qu’il y a énormément de travail à abattre et que la coupe de la canne se prolongera sans aucun doute au mois de janvier. Il faut désormais, a souligné le président de la MSPA, « regarder devant nous ensemble et avancer ».