Il ne peut pas livrer de détails sur des enquêtes menées par la Banque de Maurice sur la State Bank of Mauritius (SBM). Le cadre législatif l’en empêche, a déclaré Pravind Jugnauth à Rajesh Bhagwan, ce mardi 16 octobre. Une réponse qui n’a pas été au goût du député du MMM : «Le Premier ministre se cache derrière la loi. On parle de fonds publics», a contré l’élu de Beau-Bassin/Petite-Rivière.

Celui-ci n’a pas manqué de faire ressortir les récentes affaires qui ont secoué la SBM. Soit des prêts douteux via Dubayy ou encore la cyber fraude en Inde. Il est question de milliards de roupies de pertes, a souligné Bhagwan en citant Kee Chong Li Kwong Wing, le chairman de SBM Holdings. Le Premier ministre lui a-t-il parlé ? a voulu savoir le parlementaire mauve. «La révocation du conseil d’administration, voire celle du chairman, est-elle envisagée ?» a insisté Bhagwan.

«Je fais confiance au président de SBM Holdings», a répliqué Pravind Jugnauth. Qui insiste qu’il revient au conseil d’administration de prendre les décisions qui s’imposent, et que la Banque de Maurice joue son rôle de régulateur.

Pourquoi la Banque centrale n’a-t-elle pris «aucune action» alors qu’il y a de «serious flaws» et que les actionnaires perdent de l’argent, «elle qui n’a pas hésité à révoquer la licence de la Bramer Bank» ? est intervenu Reza Uteem. «Je m’appuie sur le régulateur. (…) They are inquiring», a répondu le chef du gouvernement.

Photo (archives) : Kee Chong Li Kwong Wing (à g.) aux côtés de Pravind Jugnauth (au centre).

Le bon mot

«Pe met lisien vey sosis» : Cible régulière de Rajesh Bhagwan, Prakash Maunthrooa est de nouveau revenu sur le tapis. Cette fois à cause de son siège sur le conseil d’administration de la SBM. Le Senior Advisor du Premier ministre est poursuivi pour corruption, a rappelé le député mauve. Ces remarques et allégations sont «malvenues (…) encore une fois», a rétorqué Pravind Jugnauth. «Je ne peux agir pour le board.»