Le président du conseil d’administration de Landscope est catégorique. « Il n’est pas question » que l’organisme devienne un énième développeur immobilier.

Cette entité est née de la fusion de la State Property Development Corporation, de la State Land Developement Company, de Business Parks of Mauritius Ltd mais aussi de Belle Mare Tourist Village Ltd, du Val Development Ltd et du Pailles Conference Centre Ltd.

Sa vision, affirme Gérard Sanspeur lors d’une rencontre avec la presse ce 3 février, est claire aujourd’hui. Soit la création de nouvelles villes (Highlands), la régénération urbaine (Port-Louis, Ebène) ainsi que la mise en place du projet Metro Express, ancrées dans le développement durable.

Pour cela, il faut des villes avec une mixité de fonctions, précise le président de Landscope. Et des développeurs locaux ou étrangers.

L’entité publique envisage de s’associer à des partenaires réunionnais. Un atelier de travail de deux jours s’est tenu en cette fin de semaine entre Landscope et une délégation de l’île sœur, des professionnels engagés dans l’aménagement du territoire, de veille urbaine ou de développement de logement social.

L’expertise réunionnaise notamment en matière de développement durable, estime-t-on du côté de Landscope, sera particulièrement intéressante pour les projets à l’étude chez nous.

Landscope a aussi lancé son logo, ce vendredi 3 février, à Ebène.