Le gouvernement a appliqué un salaire minimum qui diffère de celui recommandé par le National Wage Consultative Council, indique Jack Bizlall. Le conseil doit, par conséquent, émettre un rapport de mesures correctives qui prend cela en compte, estime le syndicaliste.

Bizlall a eu une réunion à ce sujet avec Mariahven Caremben, Acting Director au ministère du Travail, en compagnie du syndicaliste Reeaz Chuttoo.

Du fait du salaire minimum, le National Remuneration Board doit aussi procéder à une révision des salaires dans le privé, car la relativité se trouve modifiée, déclare Bizlall.

La situation dans la zone franche doit aussi être suivie de près, a fait comprendre Bizlall. Qui conteste que la Mauritius Revenue Authority «subventionne» les entreprises à travers le Negative Income Tax, et qu’une partie des rémunérations est sous forme de nourriture et de logement.