Le Premier ministre l’a répété aujourd’hui : « Je suis venu travailler pour ce pays. Pas dans notre intérêt immédiat, ni pour faire fortune. » On n’entre pas en politique, soutient sir Anerood Jugnauth, « pour se faire de l’argent ». Si cela avait été son seul but, poursuit-il, il aurait continué à exercer son métier d’avocat, aurait été à la tête de son propre cabinet et serait sans doute « multimilliardaire » aujourd’hui.

L’argent pervertit la sphère électorale, fait-il comprendre. Et c’est au niveau de la mentalité des gens qu’il faut changer les choses. Et de prendre l’exemple des « baz » qui, selon lui, sont une « honte » pour le pays.

Le Premier ministre s’exprimait, ce matin, dans le cadre du coup d’envoi des consultations prébudgétaires. Après les représentants des petites et moyennes entreprises en matinée, c’est avec les syndicats qu’il s’est entretenu, cet après-midi.