Follow Us On

Slider

Ces professionnels de la santé accompagnent la femme enceinte avant, pendant et après l’accouchement. Cela afin d’assurer le suivi de la maman et de l’enfant. Mais il n’y a pas assez de sages-femmes dans les hôpitaux et dispensaires publics, alerte le syndicat qui les représente. Notamment aux postes de responsabilité. Ainsi, 50% des postes de «Senior Midwives» sont vacants, soutient Radhakrishna Sadien, et le recrutement ne semble pas être à l’ordre du jour.

Seules 23 personnes portent actuellement ce titre, a indiqué le président de la Government Services Employees Association.
Il y a un manque de personnel, confirme Artee Chocalingum, présidente de la branche des sages-femmes de la Government Service Employees Associaton. «Le travail devient très difficile. Il y a plus de responsabilités», explique-t-elle.

En outre, la formation fait défaut, déplore Artee Chocalingum. Le ministère de la Santé ne disposerait pas de personne ressource pour encadrer les sages-femmes dans ce palier supérieur de leur apprentissage, selon le syndicat, face à la presse ce vendredi 20 septembre au Sterling Tower de Port-Louis.

Nous avons vainement contacté la cellule de communication du ministère de la Santé.

Facebook Comments