L’Etat mauricien veut développer une industrie du théâtre et, en parallèle, du cinéma à Maurice. C’est ce qu’affirme Pradeep Roopun aujourd’hui, en cette Journée mondiale du théâtre.

Le potentiel de croissance est là, fait comprendre le ministre des Arts et de la Culture, en particulier en ce qui concerne le tournage de films étrangers. Mais force est de constater, poursuit-il, que le « support » du côté mauricien, que ce soit au niveau des techniciens ou des figurants, n’est pas suffisant.

Roopun concède le manque d’infrastructures pour la pratique théâtrale, à l’exemple du théâtre de Port-Louis et celui du Plaza, fermés depuis des années en vue de rénovations. Toutefois, dit-il, ces types de structures classiques, bien qu’« importantes », ne sont pas « indispensables » au travail créatif.

Le ministre des Arts et de la Culture assistait, ce matin, à deux représentations au théâtre Serge Constantin, Vacoas. Le groupe Etincelles y a joué la pièce « Fils prodigue », tandis que Lizie dan la main a présenté « Enn let depi sato », adaptée d’une œuvre de Rabindranath Tagore.