Le projet de loi «dort dans un tiroir» depuis 2009, à en croire David Sauvage. Le gouvernement doit adopter l’Environmentally Sensitive Areas (ESA) Bill au plus tôt, soutient l’activiste de Rezistans ek Alternativ. Cela afin de pouvoir protéger comme il faut ces zones sensibles, notamment des dégâts que peuvent causer des projets de développement.

Si cette législation est votée et actée, l’Etat aura alors son mot à dire quant aux zones humides, par exemple, situées sur des propriétés, fait valoir le parti au papillon. Qui réclame, entre-temps, un moratoire sur l’octroi des permis EIA (Environment Impact Assessment).

Rezistans ek Alternativ espère mobiliser le plus grand nombre sur cette question à travers une campagne et un site Web dédié.

«Le ESA Bill est une urgence», insiste Kugan Parapen. Qui cite en exemple le projet immobilier du groupe Beachcomber à Les Salines. «Ce sera un désastre écologique», prévient-il, si rien n’est fait pour préserver la zone humide située sur le terrain.

Le projet hôtelier Salines Beachcomber Resort & Spa a reçu le soutien des habitants de la région.