Ils sont nombreux à dire qu’un certain flou entoure le projet de métro léger. Rezistans ek Alternativ est de ceux-là. Le parti de gauche s’interroge notamment sur le financement de ce projet.

Le don de l’Inde ne suffira pas, note Michel Chiffonne. Mais alors, y aura-t-il un partenariat public-privé ? Quelles contreparties sont demandées en échange du soutien de l’Inde ? demande l’activiste.

Le parti au papillon souhaite d’ailleurs que les accords-cadres signés avec l’Inde ou des multinationales soient rendus publics.

Rezistans ek Alternativ a aussi évoqué la carte d’identité biométrique. Comme la Plateforme No to biometric data on ID card, hier, dont il est solidaire, le parti de gauche appelle les citoyens à se joindre à eux, le 24 mars, pour manifester devant le Mauritius National Identity Card Centre.

Par ailleurs, en lançant le débat sur la peine de mort, le Premier ministre Pravind Jugnauth « fait preuve de lâcheté », dit Dylan Allagapen.

Photo : Aichah Soogree, Dylan Allagapen et Michel Chiffonne