« Les partis traditionnels sont ex-aequo » au niveau des « pratiques communales » et « sectaires » durant la campagne jusqu’ici. Ce qui, affirme Ashok Subron, est une « entrave au processus démocratique que sont les élections ». Rezistans ek Alternativ, dont il fait partie, a donc écrit à l’Electoral Supervisory Commission, lui demandant d’agir sur la question. Notamment à travers un Code de conduite contre le communalisme à l’intention de tous les partis et de leurs agents.

Le parti du papillon réclame également la mise sur pied d’un mécanisme par l’ESC pour réceptionner et examiner les plaintes des électeurs concernant de possibles violations du Code.

Rezistans ek Alternativ a également profité de sa conférence presse organisé à Moka, hier, pour annoncer la Nuit de l’écologie. Une manifestation qui aura lieu ce vendredi 7 novembre prochain au Café du Vieux conseil, dans la capitale, entre 19h et minuit. Ce sera, par exemple, l’occasion d’écouter des pêcheurs mais aussi des petits planteurs sur la pratique de leur métier dans une perspective durable.