Ils n’ont pas été autorisés à tenir leur rassemblement au jardin de la Compagnie. Les membres de Rezistans ek Alternativ se sont tout de même fait entendre, ce samedi 11 février.

Bâillons sur la bouche, la presque vingtaine d’activistes ont fait sonner leurs casseroles et poêles.

Ils dénoncent les « représailles » qu’ils disent subir depuis l’annonce de leur rassemblement contre la passation de pouvoir à la tête du gouvernement. Et insistent, par la voix de Kugan Parapen : « Le gouvernement ne nous intimide pas. »

Ashok Subron insiste, pour sa part, sur le fait que le jardin de la Compagnie n’appartient pas à la mairie mais est un « bien public ».

Il relève également les contradictions des autorités : d’une part, la mairie de Port-Louis refuse d’accorder l’autorisation pour utiliser le jardin ; de l’autre, la police qui autorise la marche, tard hier soir.

La présence des policiers, en uniforme mais aussi en civil aux abords du jardin, n’est pas passée inaperçue.